Conseils et astuces  pour bien choisir ses chaussures

 

tas de chaussures

 

 

  • L’avant pied doit être souple pour pouvoir plier et bien dérouler les orteils. Une bonne chaussure doit plier transversalement, au niveau métatarso-phalangien, et non « s’enrouler ».

 Le test de flexion : la chaussure doit se plier au tiers antérieur de la chaussure

 

  • Les semelles quand à elles, ne doivent pas être trop épaisses (max 1,5 cm) et la chaussure ne doit pas se laisser plier au niveau des cambrions.

Le test de torsion : on ne doit pas pouvoir tordre la chaussure comme un torchon.

 

  • Les coutures et jointures de la chaussure ne doivent pas coïncider avec une articulation ou une bosse osseuse afin d’éviter tout traumatisme. Mettre la main dans la chaussure pour vérifier l'absence de coutures internes

 

  • Un contrefort solide doit maintenir le calcanéum (os du talon) en position. Sa hauteur ne doit pas dépasser le niveau de la cheville pour ne pas frotter sur les malléoles.Le test du contrefort : celui-ci ne doit pas s’écraser lors de la pression.

 

  • Les orteils ne doivent pas toucher le bout de la chaussure, qui lui doit être assez large pour leur permettre de remuer.

 

  • Préférez le cuir (« respiration » naturelle).

 

  • Evitez les ballerines (trop souples et plates), les talons hauts (plus de 4 cm), les talons trop fins (instabilité de la cheville).

Pourquoi signer la pétition des podologues?

 

Actuellement, quand vous consulter un pédicure-podologue, avec une ordonnance de votre médecin, la prise en charge par la sécurité sociale des soins de pédicurie est d'à peine un euro (1€) et une paire de semelles orthopédiques de maximum vingt-huit euros (28€). Le restant est à votre charge.


Une misère alors que les actes des autres professionnels de santé (médecins, kinésithérapeutes, infirmiers, orthophoniste, etc...) sont remboursés à hauteur minimum de 60% par la CPAM !
Pour info, selon les régions, le coût d'un soin varie de 25 à 50 euros et une paire de semelles, examen clinique inclus, entre 90 et 180 euros.

Rien ne justifie une telle inégalité, cela fait des années que ça dure, il est temps de se manifester et ce n'est qu'en nombre que nous pourrons nous faire entendre.

 

Que vous soyez patient ou non, merci d'accepter de signer la pétition afin que les pédicures-podologues et les personnes ayant besoin de leur compétences soient enfin considérés à leur juste valeur.

> > >  Cliquez sur ce texte pour lire et signer la pétition des podologues

Aller au haut